Apprentissage - Espace Maîtres d'apprentissage

Taxe d'apprentissage : optez pour l'OCTA Nouvelle-Aquitaine

 

Déclarez votre taxe d'apprentissage à l'OCTA Nouvelle-Aquitaine, Organisme collecteur de taxe d'apprentissage régional unique, grâce à votre Chambre d'agriculture. En choisissant l'OCTA Nouvelle-Aquitaine, vous bénéficiez d'une prestation complète, sécurisée et gratuite de la part de votre Chambre d'agriculture pour le traitement de l'ensemble des taxes formations.

 


Votre structure est assujettie à la taxe d'apprentissage ? Faites votre déclaration en ligne, au lien ci-dessous !

Nous vous garantissons un contact direct et permanent avec un interlocuteur dédié, le respect de vos choix d'affectation, et le soutien aux centres de formation d'apprentis agricoles qui forment vos futurs salariés et repreneurs.

En effet, en versant votre taxe d'apprentissage à l'OCTA Nouvelle-Aquitaine vous soutenez à la fois les apprentis de la région, vos futurs salariés et repreneurs ainsi que vos métiers et entreprises d'aujourd'hui et de demain.

Pour faire votre déclaration, connectez-vous sur :


https://www.facilitaxe.com/CANOUVELLEAQUITAINE


Si vous avez reçu un bordereau OCTA Nouvelle-Aquitaine, remplissez-le et adressez-le nous, à l'adresse précisée sur le bordereau. Nous nous occupons de tout.

Si votre entreprise se situe en Nouvelle-Aquitaine, pour toutes questions, adressez vous à Sophie Bracesco au 05 56 01 33 33 ou à taxe.apprentissage@alpc.chambagri.fr

Conditions pour être maître d'apprentissage

Une expérience à vivre pour le renouvellement des générations

La première condition pour devenir maître d'apprentissage est l'envie.
L'envie de partager son expérience, son savoir-faire et son savoir-être.

La décision ne doit pas être pris à la légère. Il faut y réfléchir car embaucher un apprenti entrâine des changements dans votre entreprise.

Conditions réglementaires pour être maître d'apprentissage

  • être majeur,
  • être présent dans l’entreprise,
  • être titulaire d’un diplôme équivalent à celui préparé par l’apprenti + 2 ans minimum d’expérience professionnelle dans le domaine,
    ou avoir 3 ans minimum d’expérience professionnelle dans le domaine et obtenir un avis favorable de l’Inspection de l’Apprentissage.

Pour connaître l'inspection d'apprentissage compétente, veuillez vous rapprocher du service Apprentissage de la Chambre d'Agriculture.

Dérogations aux travaux réglementés des jeunes travailleurs (mineurs de 15 à 18 ans)

Suite aux décrets 2013-914 et 2013-915 du 11 octobre 2013, détaillés par la circulaire n°11 du 23 octobre 2013, la procédure de dérogation à l'interdiction d'utiliser des machines dangereuses et d'effectuer des travaux dits réglementés, accordée par l'inspection du travail, a changé.

La dérogation est désormais rattachée à l'entreprise et accordée pour 3 ans (jusqu'à présent il était obligatoire de déposer une demande chaque année et par apprenti mineur accueilli en entreprise).

La demande de dérogation est à adresser à l'inspection du travail. Cette dernière a 2 mois pour répondre. L'absence de réponse vaut accord.

Une fois l'accord obtenu, l'employeur devra informer l'inspection du travail de l'arrivée du ou des jeune(s) en entreprise par le biais de la fiche d'information relative aux jeunes (attention: ne pas oublier la visite médicale d'aptitude qui doit être préalable à l'embauche pour un apprenti mineur).

Lorsque l'employeur présente sa demande de dérogation, il relève de sa responsabilité de remplir les conditions préalables relatives aux obligations de sécurité (page 36) prévues par le code du travail :

  • avoir procédé à l'évaluation des risques,
  • avoir, à la suite de cette évaluation, mis en œuvre les actions de prévention prévues,
  • avoir respecté les obligations relatives à la santé et la sécurité au travail (formation à la sécurité, etc...)
  • assurer l'encadrement du jeune par une personne compétente remplissant les conditions légales pour être maître d'apprentissage.

Pour faciliter la réalisation de la demande de dérogation, des fiches techniques, reprenant la liste des machines et matériels soumis à dérogation formation par formation, sont en cours de finalisation.

Témoignage

Apprentissage : transmission par la preuve

Didier Galinou et son frère Xavier, éleveurs de vaches laitières et pruniculteurs dans le Lot-et-Garonne, accueillent des stagiaires et apprentis depuis 35 ans. Didier Galinou ne déroge pas à la règle de la transmission des savoirs.

« Chez nous, il y a toujours eu des apprentis agricoles, se souvient Didier Galinou. C'est une formation en laquelle je crois. En tant que maître d'apprentissage, je regarde tout d'abord l'expérience du jeune en face de moi. J’apprends à le connaître, je vis avec lui. Au fur et à mesure, je vais l'impliquer dans le travail que l'on fait. La motivation du jeune apprenti est très importante pour moi. S'il est vraiment passionné, l'apprentissage va fonctionner ».

Pour Didier Galinou, l'apprentissage est également une des seules voies qui forment concrètement les nouvelles générations, par contre il encourage les jeunes à continuer jusqu'au BTS voire un diplôme d'ingénieur et toujours par l'apprentissage. « Notre métier est tellement complexe, il faut être pointu en tout et l'apprentissage permet d'acquérir le côté technique du métier.  Cela permet de rentrer en douceur dans la profession. »

Didier Galinou invite les professionnels à prendre des apprentis sur leur exploitation : «  Il y a une relation qui s'installe avec le jeune. On ne leur transmet pas que de la technique, on véhicule le bon sens de la profession, nos valeurs, notre vision de la conduite d'une entreprise agricole. Nos choix, nos décisions. Tout cela tu peux le faire sur le long terme. »

Néanmoins, le maître d'apprentissage reste vigilant : « Être maître d'apprentissage n'est pas un rôle que l'on doit prendre à la légère. Cela prend du temps d'accompagner un jeune dans sa professionnalisation. Le maître d'apprentissage doit s'impliquer pour son apprenti et pense pour deux. Tout cela se réfléchi en amont au sein de l'entreprise. Néanmoins, économiquement, cela peut être à double tranchant. Aussi, il est anormal que les maîtres d'apprentissage ne soient pas reconnus comme formateurs et dédommagés pour ce travail là, pour le temps passé et l'implication. Je reste convaincu que ce que nous entreprenons avec nos apprentis est de la Formation, et la reconnaissance pourrait changer la vision de certains sur l'apprentissage. La foi en notre métier nous guide à œuvrer pour le renouvellement des générations.  »


Contacts et Organigramme

Formation et apprentissage
Chargée de mission

Sabine SAUDOYER

Tél : 05 53 77 83 97


Mentions légales | Plan du site |  Contacts |  Coordonnées    |  RSS